Groupement de gendarmerie de l'Hérault

 
 
logo gendarmerie

Colonel Jean-Valéry Lettermann, commandant adjoint de la région de gendarmerie Occitanie, et du groupement de gendarmerie de l'Hérault
 359, rue de Fontcouverte
34 056 Montpellier cedex 1
Tél. : 04 99 53 55 00 – Fax. : 04 99 53 58 15
Numéro d'urgence : 17

Liens utiles

www.gendarmerie.interieur.gouv.fr
www.lagendarmerierecrute.fr

Facebook Gendarmerie de l'Hérault

 

Le groupement est l’échelon de commandement de la gendarmerie départementale au niveau d’un département. Pour l'Hérault, il représente 1 500 hommes et femmes, d'active ou de réserve, qui assurent au quotidien les missions :

  • de sécurité publique générale ;
  • de protection des personnes et des biens ;
  • de secours et d'assistance aux personnes.

Ces missions sont exercées sur sa zone de compétence, qui représente 584 000 habitants, soit  56% de la population héraultaise.

Appuyé par un groupe de commandement et de services spécialisés, le groupement est composé des unités suivantes :

1
  •  5 compagnies de gendarmerie départementale commandées par des officiers supérieurs (Lunel, Lodève, Pézenas, Béziers, et Castelnau-le-Lez) dont les gendarmes assurent au quotidien les missions traditionnelles de police judiciaire et de police administrative sur un vaste territoire attractif et qui connaît d'importants flux de population en période estivale. 

 

Pour mener à bien leurs missions, les compagnies sont divisées en brigades territoriales, fonctionnant soit de façon autonome, soit regroupées en communauté de brigades. Le groupement comprend 42 brigades dont certaines sont commandées par des officiers.

Dans le cadre des missions judiciaires, l'action de ces unités territoriales est complétée par les brigades de recherches (une par compagnie) qui les assistent dans les  enquêtes judiciaires.

2

A l'échelon départementale, la brigade départementale de renseignements et d'investigations judiciaires (BDRIJ) assurent les recoupements entre les informations reçues des échelons locaux afin d'apporter une réponse globale au traitement de la délinquance.

Au total, les enquêtes sont suivies par 531 officiers de police judiciaire dont 170 ont reçu une formation particulière sur les techniques scientifiques d'investigation qu'ils mettent en œuvre pour les infractions les plus importantes tels que les crimes voire les cambriolages.

3

Pour renforcer l'action des brigades, des pelotons de surveillance et d'intervention (PSIG) sont également placés au niveau de chaque compagnie. Ils sont chargés de renforcer les brigades sur tout type d'évènement, et assurent des missions de surveillance, de jour comme de nuit et procèdent aux interpellations difficiles ou délicates nécessitant des techniques d'intervention particulières.

 

  • 1 escadron départemental de sécurité routière ; 

 http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/fre/Sites/Gendarmerie/Presentation/Securite-routiere 

Composé à lui seul de 138 personnels (dont 80 motocyclistes), l'EDSR est chargé de la surveillance d'un réseau et d'un trafic routier et autoroutier de 5300 km. La surveillance de deux autoroutes majeures qui traversent le département (A9 et A 75), est aujourd'hui un véritable enjeu de la sécurité routière.

4

Les 4 brigades motorisées (BMO) et les 2 pelotons d'autoroute (PA) qui composent l'EDSR permettent d'assurer des missions variées : surveillance du trafic, police de la circulation et des transports, escortes et pilotages, éducation des jeunes, information des usagers de la route, etc.

  

5

La brigade rapide d'intervention (BRI) complète et renforce la surveillance exercée sur le réseau autoroutier. Son action est orientée vers la recherche d'infractions difficiles à relever autrement que dans le flot de circulation : interception de véhicules se déplaçant à des vitesses très élevées, changement irrégulier de file, non-respect des distances de sécurité, etc. Elles disposent de voitures rapides d'intervention (VRI) pilotées par des personnels chevronnés qui suivent des stages réguliers. Les VRI peuvent opérer en liaison avec les hélicoptères de la gendarmerie. 

 

  • 1 brigade nautique côtière
7
6

Placée directement sous les ordres du commandant de groupement, les 5 sous-officiers (dont 4 plongeurs) qui composent la BNC sont chargés de la surveillance des 80 km de littoral, de toutes les voies et espaces navigables héraultais afin d'y faire respecter les règles de la pêche, de la plaisance, ou de la sécurité en générale. En matière judiciaire, ils sont les seuls habilités à effectuer les recherches et les constatations techniques en milieu subaquatique.

 

  • 1 brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ)

> La Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile - format : PDF - 1,35 Mb

Concept unique au sein du ministère de l'intérieur, la BPDJ a essentiellement un rôle préventif au bénéfice de la jeunesse visant à empêcher toute manifestation d’incivilités et de délinquance à l’encontre des mineurs ou de la part de ceux-ci. Elle se traduit par une présence apaisante dans les établissements scolaires afin de nouer le contact et le dialogue avec les jeunes.

Dans le cadre de ses missions, le groupement dispose également :

  • d'un hélicoptère type EC 145 stationné à Montpellier au sein d’un détachement aérien de la gendarmerie (DAG) ;

 

8
  • de 10 équipes cynophiles, prépositionnés dans les PSIG ou regroupés dans un groupe d'intervention cynophile.
    9

Le binôme chien/gendarme constitue une véritable équipe opérationnelle spécialisée dans les recherches de personnes, de stupéfiants, de billets et de produits accélérateur d'incendie... La diversité des technicités des chiens  permet chaque année aux gendarmes de l'Hérault de bénéficier de compétences particulières et complémentaires pour conduire leurs investigations et leur interventions.

 Questions pratiques

Comment contacter la gendarmerie ?

Téléphonez à votre brigade locale : www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/fre/Sites/Gendarmerie/Contacts/Trouver-ma-gendarmerie

ou faites le 17, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. En principe, entre 20H et 8H le jour suivant, vous aurez un correspondant au Centre opérationnel de nuit Montpellier qui pourra, s'il le faut, vous mettre en contact avec un militaire de la brigade souhaitée. 

Comment puis-je connaître la brigade dont dépend ma commune ?

Vous trouverez le nom, l'adresse et le numéro de téléphone de la brigade dont vous dépendez sur : www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/fre/Sites/Gendarmerie/Contacts/Trouver-ma-gendarmerie

Comment puis-je porter plainte ?

Vous pouvez porter plainte dans la brigade de gendarmerie ou le poste de police de votre choix. En principe, il est souhaitable de s'adresser au service territorialement compétent du lieu de commission des faits car il sera chargé de l'enquête. C'est aussi un facteur d'efficacité pour les policiers et les gendarmes de connaître au plus vite et directement ce qui s'est passé sur leur territoire de surveillance (possibilité de rapprochements avec des faits similaires commis par les mêmes auteurs par exemple).

 Comment devenir gendarme ?

Les centres d'information et de recrutement (CIR) sont à votre disposition pour vous renseigner. Celui de la région Languedoc-Roussillon est situé à Montpellier, 4 boulevard Victor Hugo (Numéro indigo 0.820.220.221). Votre brigade peut aussi vous conseiller. Vous pouvez également consulter le site officiel de la gendarmerie nationale : www.gendarmerie.interieur.gouv.fr

 Comment devenir réserviste ?

Contactez votre brigade territoriale locale sur une page dédiée à la réserve : 
www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/fre/Sites/Gendarmerie/Contacts/Trouver-ma-gendarmerie